Compétition

Courts-métrages

Triptyque élémentaire d’Espagne

Conception : Gonzalo De Pedro

Né en 1978 à Pampelune, Gonzalo de Pedro est critique et programmateur. Membre de l’équipe de programmation de la Filmoteca Española, du FICValdivia et du Festival de Locarno, il a conçu de nombreux cycles pour des festivals internationaux, des cinémathèques ou des institutions artistiques parmi lesquels on trouve le FIDMarseille, le Musée Reina Sofía, le Lincoln Center ou l’Anthology Film Archives. Il est également professeur associé à l’Université Carlos III de Madrid.

« Voici un échantillon impressionnant et éloquent du sentiment tragique de la vie réalisé avec rigueur et passion par un espagnol. »

José Val del Omar, Festival de Berlin, 1956.

Dans le titre, l’hommage à José Val del Omar. Et dans le programme, les échos lointains de son ombre portée. Les trois séances de la section Compétition Court-Métrage de cette 22ème édition de Cinespaña ne sont pas une ode à la diversité, à la démocratie, ou à la justice, ni non plus un portrait équilibré du panorama cinématographique espagnol, mais plutôt une
tentative, peut-être futile, de revendiquer la présence de l’un des plus grands cinéastes espagnols de l’histoire. Un pari. Un coup sur la table. Au travers d’affinités, d’échos (réels, imaginaires ou inventés), de divergences et de détours, ces trois programmes composent une sorte de Triptyque élémentaire d’Espagne qui propose aussi une histoire, une généalogie différente du cinéma espagnol, avec Val del Omar comme père et les cinéastes comme orphelins. Un présent différent, un cinéma où bouillonnent ensemble l’avant-garde, l’oubli, la perte, et un souci latent pour comprendre ce qu’est (ou ce qu’il reste de) l’Espagne, aujourd’hui.

Gonzalo De Pedro