Nación

Informations

  • Année : 2020
  • Durée : 1h32
  • Réalisateur(s) : Margarita Ledo Andión
  • Contact : ramiro@atalantecinema.com
  • Production : Nós Productora Cinematográfica Galega
  • Scénario : Margarita Ledo Andión
  • Musique : Mercedes Peón
  • Photo : Alberte Branco
  • Montage : Marcos Flórez, Laboratorio NUMAX
  • Acteurs : Nieves Pérez Lusquiños, Manuela Nóvoa Pérez, Ester García Lorenzo, Carmen Portela Lusquiños
Compétition
documentaires

Synopsis

Un groupe d’ouvrières de la fabrique de céramique galicienne Pontesa, fermée en 2001, attend le verdict d’un procès pour le versement des salaires impayés. La cinéaste Margarita Ledo Andion recueille leur parole en les ramenant sur leur lieu de travail, en les confrontant à des images d’archives et en organisant la reconstitution de la vie à l’usine. Carmen A., Carmen P., Ester, Manuela et Nieves se souviennent d’un monde industriel synonyme de labeur et de domination, mais aussi d’émancipation politique et économique individuelle. Chacune à sa manière a poursuivi la lutte pour les droits des femmes en Espagne.

Margarita Ledo

1951, Castro de Rei, Lugo
Biographie

Margarita Ledo Andión est l’une des figures les plus importantes de la culture galicienne contemporaine et a reçu le Premio Nacional da Cultura Galega de la Xunta de Galicia en 2008. Journaliste, écrivaine, professeure de communication, membre de l’Académie royale de Galice, cinéaste et promotrice infatigable de projets d’activisme politique et culturel, elle a étudié à l’École officielle de journalisme de Barcelone et a publié son premier recueil de poèmes en 1970 : Parolar cun eu, cun intre, cun inseuto. Exilée au Portugal pour des raisons politiques jusqu’en 1976, elle fonde et dirige, à son retour en Galice, l’hebdomadaire A nosa terra (1977-1980). En tant que journaliste culturelle, elle a interviewé Agnès Varda, Pere Portabella, Agustina Bessa-Luís. De 1983 à 1991, elle a été chargée de cours à l’Universitat Autònoma de Barcelona et, à partir de cette période, elle a écrit le recueil de nouvelles Mamá-Fe (1983) et les romans Trasalba ou Violeta e o militar morto (1985) et Porta blindada (1990), qui témoignent d’un style profondément contemporain marqué par le croisement des genres et de l’inspiration photographique, qui se reconnaît dans l’avant-garde, s’ancre dans le réel et se rattache à la trace de Marguerite Duras, de Peter Handke ou des premiers Wim Wenders de la Barcelone de Vázquez Montalbán. En 1991, elle a fondé la Faculté des sciences de l’information de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, où elle a créé en 1997 la première expérience universitaire de troisième cycle en réalisation de documentaires créatifs en Espagne, codirigée avec Romà Gubern et produisant des films coordonnés par Patricio Guzmán, Joao Botelho et Basilio Martín Patino. Elle a fait ses débuts de réalisatrice avec le diptyque formé par Santa Liberdade (2004) – premier film en version originale galicienne réalisé par une femme à sortir en salles – et Liste, prononcez Líster (2007); A cicatriz branca (2012) est son premier long-métrage de fiction. Comme l’autre côté de la médaille, depuis cette rive atlantique, Nación (2020), lauréat du prix du meilleur réalisateur espagnol au Festival de Séville, raconte l’histoire de ceux qui sont restés sur la terre ferme, en partant de l’expérience des ouvriers de l’usine de céramique de Pontesa jusqu’à aujourd’hui.

Filmographie
  • 2020 : Nación
  • 2012 : A cicatriz branca
  • 2007 : Liste, pronunciado Líster
  • 2004 : Santa Liberdade
  • Séances à Toulouse

Le samedi 02 octobre 2021 à 21:20 - Cinémathèque (Petite Salle)
Le mercredi 06 octobre 2021 à 14:45 - Cinémathèque (Petite Salle)
Le vendredi 08 octobre 2021 à 17:40 - Cinémathèque (Petite Salle) En présence d'un invité

Trailer vidéo