Jury

Le jury décerne la Violette d’or du Meilleur Film, doté par la Mairie de Toulouse de 6 000 €, ainsi que le prix du Meilleur Réalisateur, de la Meilleure Interprétation Féminine et Masculine, de la Meilleure Musique, de la Meilleure Photographie et du Meilleur Scénario.

Stéphane Batut

Président du jury et réalisateur
Il entre dans le monde du cinéma en réalisant des courts-métrages et, très vite, il devient directeur de casting pour des films français et internationaux. En 2007, Stéphane Batut réalise son premier documentaire, Le Choeur, qui suit une communauté de quartier qui réinvente le monde dans un café parisien. Le second, Le Rappel des oiseaux (2015), questionne le rapport à la mort au regard d’un rituel funéraire tibétain. Le film est présenté en compétition française au Cinéma du réel et il y reçoit le prix du Patrimoine de l’immatériel. Il réalise en 2018 son premier long-métrage de fiction, Vif-argent, dans lequel il mêle le documentaire et le fantastique ; il reçoit le prix Jean Vigo, le prix du festival des Champs-Élysées et le prix Louis Delluc.

Pamela Varela

Réalisatrice et artiste visuelle
Pamela Varela est chilienne. Elle explore l’identité et la mémoire à travers le film ou l’installation. Ses travaux ont été sélectionnés dans des festivals internationaux. En 2016, elle fonde Cinechilex, association de cinéastes et artistes chiliens de l’extérieur, afin de créer des réseaux de distribution d’oeuvres. C’est en 2018 qu’elle organise sa première Muestra au Musée de la Mémoire et des Droits Humains à Santiago du Chili, qui débouchera sur une itinérance dans plusieurs villes du sud du pays.

Miquel Escudero Diéguez

Journaliste et programmateur
Il est membre du comité de programmation pour les longs-métrages à la Semaine de la critique du Festival de Cannes, ainsi que programmateur au Festival Entrevues de Belfort. Ses articles ont été publiés dans les revues SoFilm, Dirigido Por, Caimán et Cuenta y Razón. Il est également programmateur à Cinechilex, l’association de cinéastes chiliens de l’extérieur. Il est représentant et curateur du collectif de cinéastes d'avant-garde Obscuritads.

Astrid Adverbe

Comédienne
Originaire de Gaillac, Astrid Adverbe est née à Madagascar et a grandi aux Antilles. Issue du théâtre, elle a joué dans plusieurs courts et longs-métrages, avec divers réalisateurs comme Paul Vecchiali, Pascale Bodet, Nicolas Leclere… En parallèle, elle développe ses projets personnels comme réalisatrice. Ses films documentaires, Mé Damné et Ma fleur maladive, sont sortis en salles en 2014.

Laurence Farenc

Directrice de production
Montpelliéraine de naissance, elle part à Paris en 1993 pour faire ses études à La Femis. Elle produit les courts-métrages et le premier long-métrage de Marina de Van, Dans ma peau. Elle travaille également comme directrice de production sur des séries comme Vernon Subutex, Les Revenants et des longs-métrages indépendants : Diane a les épaules de Fabien Gorgeart, Snow Therapy de Ruben Östlund… En 2018, elle revient à ses premières amours et produit le courtmétrage de Marie Dompnier, Le Tapis, tourné en Occitanie.

Composé de trois spécialistes du cinéma documentaire, ce jury décerne le Prix du Meilleur Documentaire doté de 2000 € par la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée.

Francesca Bozzano

Directrice des collections de la Cinémathèque de Toulouse
Francesca Bozzano a étudié la philosophie à l’Université de Florence en Italie. Elle a ensuite travaillé pendant plusieurs années comme réalisatrice de documentaires d’histoire pour RAI 3. Son travail l’a naturellement amenée à s’intéresser aux archives cinématographiques, auxquelles elle se consacre depuis lors. Elle a intégré les équipes de la Cinémathèque de Toulouse en 2007 et, après avoir occupé différents postes, elle a été nommée directrice des collections en 2019.

Yves-Marie Mahé

Réalisateur
Yves-Marie Mahé réalise des documentaires à partir d’archives et est aussi un activiste du cinéma expérimental. Il a produit des documentaires radio pour France Culture et Arte Radio. Il a également réalisé plus de soixante-dix courts-métrages et a été très impliqué dans des structures parisiennes comme l’Etna, le Collectif Jeune Cinéma et Light Cone. En 2007, il fonde le Collectif Négatif, composé de neuf cinéastes, spécialisé dans la production de films expérimentaux.

Jacques Willemont

Ethno-cinéaste
Il fut successivement responsable d’un ciné-club, étudiant à l’Idhec, réalisateur, puis chef opérateur, assistant et maître de conférences. En 1975, il est producteur d’une série de treize films ethnographiques et éditeur d’Impact, revue du cinéma direct. Il crée le festival L’homme regarde l’homme, rebaptisé Cinéma du réel en 1979 et, plus tard, le festival Cris du monde. Il a conçu et réalisé une vingtaine de programmes multimédia. Il est l’auteur des films Gnawa, au-delà de la musique, L’autre mai. Nantes, mai 68 et Lascaux, un nouveau regard.

Un jury composé de cinq étudiants, sélectionnés par le CROUS, décerne le Prix du Meilleur Nouveau Cinéaste parmi les premières et secondes œuvres présentées au festival et inédites en France. Ce prix est doté de 2 000 € par le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Le film primé sera également proposé en tournée dans le département en 2021.

Soutenu par La Dépêche du Midi.

Les spectateurs votent pour le Meilleur Film parmi les longs-métrages inédits de la Compétition et du Panorama. Le film primé bénéficiera d’une campagne de presse dans La Dépêche lors de sa sortie en salles.