Simon du désert (Simón del desierto)

Informations

  • Année : 1965
  • Durée : 44 min
  • Réalisateur(s) : Luis Buñuel
  • Acteurs : Avec. Claudio Brook, Silvia Pinal, Hortensia Santoveña…

Synopsis

Installé en 1946 au Mexique, terre d’accueil des exilés républicains, Luis Buñuel y réalise vingt films en dix-huit ans, connaissant là sa période la plus créatrice. Pour sa dernière œuvre mexicaine, le maître aragonais réalise un projet, imaginé dans les années 1920 avec Dali et Garcia-Lorca, sur le personnage de Siméon le Stylite, un anachorète du IVe siècle qui passa quarante ans au sommet d’une colonne dans le désert syrien. Prétexte au déploiement de multiples aberrations, le film est un ultime pied-de-nez adressé au catholicisme autoritaire et au monde moderne.

Luis Buñuel

Biographie

Réalisateur espagnol, Luis Buñuel est considéré comme l’un des cinéastes espagnols les plus reconnus de l’histoire du cinéma, en particulier pour ses tendances surréalistes.

Né le 22 février 1900 à Calanda dans l’Aragon, une ville réputée pour son fanatisme religieux, Luis Buñuel reçoit une éducation jésuite obscurantiste. Adolescent il découvrira entre autres la philosophie marxiste dans un institut laïque avant de l’étudier à Madrid -ce qui lui vaudra de côtoyer Federico García Lorca, Salvador Dalí et le mouvement dadaïste.

Quelques années plus tard, il écrit une adaptation de Hamlet qui marquera son début dans la mise en scène au théâtre et s’intéresse de plus en plus au cinéma. Après s’être inscrit à l’école de comédien de Jean Epstein, il parvient à se faire nommer assistant sur le tournage de Mauprat alors qu’il n’a que 25 ans, comme il le fera pour celui de La Chute de la maison Usher. En un an, l’apprenti cinéaste fonde un ciné-club et écrit un scénario. Avec son grand ami Salvador Dalí, il tourne  le court-métrage Un Chien andalou en 1928, financé par sa mère. Projeté en privé pour Man Ray et Louis Aragon, le court-métrage fait sensation, si bien qu’une projection est organisée pour le groupe des surréalistes. Cependant, son deuxième film, L’Âge d’or, qui paraît en 1930, fait scandale par sa violence et son érotisme latents. A l’aube du parlant, il innove par la dissociation du son et de l’image et par le dialogue en voix-off. A la suite d’une projection faisant l’objet d’agressions de la part d’organisations fascistes, son deuxième film est interdit en salles et le restera jusqu’en 1981. Trois ans plus tard, il réalise un documentaire sur la misère de l’Espagne, intitulé Terre sans pain. Avant cela, Buñuel fait un séjour aux Etats-Unis où il travaille pour le Musée d’Art Moderne de New York. L’artiste touche à tout et occupe divers postes parmi lesquels producteur, monteur, attaché d’ambassade à Paris ou encore conseiller technique aux Etats-Unis. Il milite activement lorsque sévit la Guerre Civile en Espagne jusqu’au jour où Dalí étale son anticléricalisme et son marxisme dans une autobiographie, n’hésitant pas à mentionner son ancien ami. Les convictions politiques de Buñuel effraient dès lors les américains qui le poussent à s’exiler au Mexique en 1947.

Buñuel commence alors une carrière prolifique, admirée et récompensée. Le réalisateur contrôle davantage ses sujets et se permet progressivement plus de liberté dans sa mise en scène. L’artiste se voit proposer un tournage en Espagne pour le film Viridiana, qui est récompensé par une Palme d’Or à Cannes en 1961, avant de susciter de gros remous politiques, religieux et diplomatiques en Europe. Le régime de Franco, qui a autorisé le tournage du film et a accepté d’être représenté sur la Croisette en son nom, finit par l’interdire. Le film, qui connait un grand succès en Belgique, aux États-Unis et en Angleterre, sort l’année d’après en France, et ne sera projeté dans son pays que deux ans après que Franco meure, en 1977.

Installé à Mexico, le réalisateur vient tout de même en France, et ce de façon régulière. Il y tisse une relation féconde avec le scénariste Jean-Claude Carrière. Oscar du meilleur film étranger pour le brillant et symbolique Charme discret de la bourgeoisie en 1972, Luis Buñuel choisit d’arrêter sa carrière de réalisateur en 1976 avec Cet obscur objet du désir. Le 29 juillet 1983, il décède à Mexico, laissant derrière lui une filmographie contestataire et sans pareil.

Filmographie
  • 1977 : Cet obscur objet du désir
  • 1974 : Le fantôme de la liberté
  • 1972 : Le Charme discret de la bourgeoisie
  • 1970 : Tristana
  • 1969 : La voie lactée
  • 1967 : Belle de Jour
  • 1965 : Simon du désert
  • 1964 : Le Journal d'une femme de chambre
  • 1962 : El Angel exterminador
  • 1961 : Viridiana
  • 1960 : La Joven
  • 1959 : La fièvre monte à El Pao
  • 1959 : Los Ambiciosos
  • 1958 : Nazarín
  • 1957 : La Fille de Juan Simon
  • 1956 : La Muerte en el jardín
  • 1956 : Así es la aurora
  • 1955 : Cela s'appelle l'aurore
  • 1955 : La Vie criminelle d'Archibald de La Cruz
  • 1955 : El rio de la muerte
  • 1955 : Ensayo de un crimen
  • 1954 : Le Fleuve de la mort
  • 1954 : Robinson Crusoe
  • 1954 : Les Hauts de Hurlevent
  • 1954 : La Ilusión viaja en tranvía
  • 1954 : Abismos de pasión
  • 1953 : El
  • 1953 : L'Enjôleuse
  • 1953 : On a volé un tram
  • 1953 : El bruto
  • 1952 : Subida al cielo
  • 1952 : Una mujer sin amor
  • 1951 : Don Quintin l'amer
  • 1951 : La Montée au ciel
  • 1951 : Pierre et Jean
  • 1951 : la hija del engaño
  • 1951 : Demonio y carne
  • 1950 : Los Olvidados (Pitié pour eux)
  • 1949 : Le Grand Noceur
  • 1949 : El Gran Calavera
  • 1947 : Gran Casino
  • 1933 : Terre sans pain
  • 1930 : L'Âge d'or
  • 1928 : La Chute de la maison Usher
Courts métrages
  • 1941 : Triumph of the will
  • 1930 : Menjant garotes
  • 1929 : Un Chien andalou